Il Barbiere di Siviglia - Rossini

mise en scène, décors et costumes : Pierre-Emmanuel Rousseau

lumières : Gilles Gentner

co-production : Opéra National du Rhin - Opéra de Rouen Normandie

reprise : Opéra Théâtre de Saint-Etienne - Les Soirées Lyriques de Sanxay

Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini
Il Barbiere di Siviglia - Rossini

 " (...)  Le plaisir de revoir le brillant travail de Pierre-Emmanuel Rousseau est réel. Le pari d'animler constamment le plateau avec des personnages secondaires, sans jamais nous distraire de l'intrigue, ni occulter la musique, est tenu, comme celui de rendre à l'ouvrage de Rossini toute sa dimension bouffe, avec une drôlerie qui ne se dément jamais (...) "

Opéra Magazine, novembre 2019

 

" (...) Dans un décor très esthétique et typique, une structure unique servant à figurer une cour (avec ses carrelages arabo-andalous, typiques de Séville) puis l’intérieur de la maison de Bartolo (avec ces mêmes carrelages et une somptueuse couleur rouge sang de bœuf), les éclairages de Gilles Gentner contribuent à caractériser les lieux et les situations. Dans les somptueux costumes qu’il a conçus (ainsi que le décor), Pierre-Emmanuel Rousseau propose une mise en scène efficace, épousant le parti pris rossinien en inscrivant cette intrigue dans un mouvement perpétuel. L’entrain est assumé par les personnages qui bougent sans cesse et il est relayé, quand ils doivent s’immobiliser, par deux acteurs figurant deux vieux laquais. Les gestes et rituels constants de servilité, articulent les numéros en se succédant au fil de l’œuvre. Les mouvements sont parfois de simples déplacements, mais souvent, dans les chœurs et les ensembles, ils sont chorégraphiés et impliquent même les solistes, entre jazz et Broadway ! (...)

Olyrix, septembre  2019

" (...) Principaux atouts de cette luxueuse mise en scène, théâtralisée à l’extrême, qui nous emporte d’emblée à Séville : un intelligent dispositif scénique permettant des changements de lieux fluides – quasi magiques ! De superbes décors imprégnés d’une esthétique à la Goya qui ravit. De magnifiques costumes, en phase avec l’époque de la création, contribuant fortement à la caractérisation des personnages. Sans oublier les élégants vêtements aux soyeuses doublures colorées portés par les chœurs et figurants dont les déplacements, réglés au cordeau, devraient s’améliorer au fil des représentations. (...) "

ForumOpéra.com, septembre 2019

" (...) Pierre-Emmanuel Rousseau choisit de représenter les lieux avec une grande sobriété. Trois murs aux teintes chaudes dessinent un quadrilatère qui figure tantôt la rue sévillane, tantôt l’appartement de Rosine. C’est dans cet espace géométrique qu’évoluent des personnages habillés à la mode du début du XIXe siècle. Tous paraissent sortis de tableaux de Francisco de Goya. Mieux : la dramaturgie paraît tout entière conçue comme un vaste tableau dont les personnages seraient magiquement saisis par le mouvement de la vie et par une frénésie croissante. Voilà une belle idée qui met en valeur les effets comiques et évite toute lourdeur. Dans ce spectacle où les persiennes claquent plus que les portes, la farce prend un tour poétique et fantasque ; la folie s’empare de tous dans un mouvement de plus en plus dansant, associant solistes et troupe militaire – remarquable chœur Accentus ! – et transformant le melodramma buffo en revue de music-hall lors du finale de l’acte I. Antonello Allemandi conduit l’orchestre de l’Opéra de Rouen avec assurance et fait danser la musique de Rossini. (...)

Premiere-loge.fr, octobre 2019

" (...) Dans une mise en scène subtile et parfaitement réglée, l'opéra de Rossini réaffirme son extraordinaire impact dramatiue et rajeunit sous le coup d'une nouvelle génération de chanteurs déjà au sommet (...) Ala fois beau, drôle et bien chanté, de facture classique mais non sans analyse pertinente de l'oeuvre et de son temps, voilà un spectacle consensuel qui ne tombe jamais dans la facilité. le public rouennais l'a ovationné à l'issue de la représentation, belle preuve de cette réussita incontestable (...) "

Toutelaculture.com, octobre 2019

" (...) Ce Barbiere est une merveille de grâce, d'intelligence et un plaisir des yeux permanents. La distribution brille par un jeu d'acteurs époustouflant. une réussite totale à mettre à l'actif du jeune metteur en scène, Pierre-Emmanuel Rousseau".

Classiquenews.com, janvier 2019

 (...) Auteur également des décors et des costumes, le metteur en scène français a choisi de situer l'action dans un lieu clos unique, à la plastique réussie (...) Les multiples portes, portails et fenêtres permettent des entrées, des sorties, des courses, qui installent une manière de frénésie très rossinienne. (...) Pierre-Emmanuel Rousseau impose une conception très personnelle des protagonistes (...) On ne s'ennuie pas ! (...) Gros succès public, pour un spectacle presque parfait. "

Opéra Magazine, novembre 2018

 " Ce Barbier de qualité bénéficie en premier lieu de la mise en scène de Pierre-Emmanuel Rousseau qui a aussi assuré décors et costumes. Rien de révolutionnaire certes dans ce spectacle bien ficelé qui nous introduit dans l'Espagne éternelle avec ses attributs traditionnels si chers aux huiles de Goya ou de Velasquez. Tout est pourtant tiré au cordeau et respectueux du style avec un accent porté sur les émois de la jeunesse vibrante (…)"

Classica, novembre 2018 

(...) la direction d'acteur séduit dans l'ensemble (...) Les personnages sont en tout cas bien dessinés (...) Par ailleurs, les mouvements sont finement réglés et parfaitement en musique, comme ces coups de brosse infligés par Berta à Rosina qui se synchronisent avec les vocalises du "Una voce poco fa" "

ForumOpéra, octobre 2018

" (...) Ce qui frappe en premier, c'est l'énergie débordante, la vitalité quasi adolescente, la liberté scénique, des trois interprètes principaux, en parfaite adéquation physique avec l'âge de leurs personnages (...) La mise en scène est sans suprise, classique mais d'un goût très sûr et fonctionne parfaitement (...) Un tel ouvrage bouffe exige une mécanique scénique soigneusement huilée, ce que réalise Pierre-Emmanuel Rousseau"

Resmusica, septembre 2018

" (...) La  direction musicale trouve un parfait complément dans la mise en scène élégante, racée, drôle que propose Pierre-Emmanuel Rousseau. Aucun temps mort dans ce spectacle trépidant, qui évite pourtant l'accumulation de gags. Des gags, il y en a, (...) mais ils ne se superposent pas à l'action : ils la rythment, la progression dramatique étant également assurée par une direction d'acteurs précise et efficace (...)

Olyrix, septembre 2018

" (...) La mise en scène enlevée et pétillante de cette pièce pleine d'humour est signée Pierre-Emmanuel Rousseau (...)"

FranceInfo, septembre 2018

" (...) Chapeau bas à Pierre-Emmanuel Rousseau, qui réussit comme peu de metteurs en scène avant lui à mettre en lumière la Séville classique qui baigne le livret (...) La direction d'acteurs n'est pas en reste, réglée au cordeau, d'une vivacité qui n'est jamais précipitation, franchement drôle sans jamais sombrer dans la vulgarité, un modèle du genre (...) Preuve éclatante qu'une mise en scène d'opéra peut se vouloir classique sans pour autant demeurer figée (...)"

Classiquenews.com, octobre 2018

" (...) La production de Pierre-Emmanuel Rousseau est appelée à devenir un classique. D'emblée ! Lisible à l'extrême, profondément fidèle à la lettre et à l'esprit de ce chef d'oeuvre, fortement ancrée dans son hispanité, elle fourmille de mille détails qui font mouche (...) La réussite n'en est pas moins remarquable d'autant que Pierre-Emmanuel Rousseau, véritable homme-orchestre, déploie aussi un vrai talent de décorateur et de costumier ce qui confère à sa production une parfaite cohérence et à ses rouages quelque chose de parfaitement huilé (...)"

Odb-opéra, septembre 2018

" (...) A l’image de la musique et de la direction orchestrale, sa mise en scène s’avère de bout en bout pétillante, réjouissante et d’une remarquable fluidité. Tirant parti d’une distribution vocale où les chanteurs ont l’âge des personnages, il y insuffle un véritable esprit de troupe, avec un mouvement et une complicité qui n’appartiennent qu’au théâtre. Homme aux multiples talents, il signe également les décors – un espace qui sent bon l’Andalousie avec ses azulejos, son patio orné d’un bassin central, et ses Madonnes habillées d’or – et les costumes, très fidèles à l’esprit de ce que l’on a vu dans cet ouvrage depuis deux siècles (avec cependant une pointe de fantaisie supplémentaire...). Bref, pas d’incongruités ici, sinon beaucoup d’humour, un respect entier de l’ouvrage et surtout une admiration émue – cela se sent à chaque instant – pour le chef d’œuvre de Rossini (...) "

Opera-Online, septembre 2018

Il Barbiere di Siviglia - Rossini